plateforme des acteurs du jazz en rhône-alpes-auvergne

Impérial Pulsar

fleche gauche fleche gauche

Date de création | 2012

Une musique de transe, une rencontre avec l'Afrique
Autour d’une rythmique souple, généreuse, solide et toujours en alerte, Impérial Quartet (Lauréat 2012 Jazz Migration - Lauréat Rezzo Focal/ Jazz à Vienne - Résident Pole Jazz en l'R à la Scène Nationale de Sète) s’appuie sur la connivence qui unit ses deux saxophonistes depuis plus de dix ans. Ce binôme se partage la famille des saxophones, du basse au sopranino, développant une palette sonore originale et inattendue.

La rencontre avec Ibrahima Diabaté, musicien malien, et Ali Diarra, burkinabé, émane du désir de poursuivre les jeux de constructions polyrythmiques et organiques. Ayant l’intime conviction de pouvoir communiquer la quintessence de sa musique à travers les développements et explorations rythmique l’équipe choisit d’associer le pulsar à sa nouvelle création :
Le pulsar comme instrument de dialogue, car malgré des protagonistes aux cultures variées, la pulsation est le dénominateur commun, vécue et ressentie par chacun.
Le pulsar pour son rythme immuable, car la musique mandingue, qu’ils choisissent d’associer à leur projet est forte de 2 000 ans d’histoire.
Et enfin, le pulsar comme vecteur artistique de leur création : l’esprit multidimensionnel, la coexistence de différents cycles, rythmiques et harmoniques, qui se superposent, tournent, existent et rayonnent ensemble.
C’est de l’exploration et de la rencontre des systèmes rythmiques que pourra naître un nouveau temps musical. C’est cette appropriation nouvelle du temps musical que le groupe questionne dans son projet Impérial Pulsar.

Pour se faire, le projet artistique se bâtira autour de trois axes : la création, la diffusion (depuis la région Languedoc Roussillon à la région Rhône-Alpes avec escale au Burkina Faso), et l’action culturelle (à travers la présence d’Ibrahima BRAMA DIABATE titulaire du CA en musique traditionnelle d’Afrique de l’ouest).

site internet officielfacebook

Crédits photo | Camille Sauvage

Facebook