plateforme des acteurs du jazz en rhône-alpes-auvergne

Julien Bertrand

fleche gauche fleche gauche

Il commence à apprendre la trompette avec son père professeur au conservatoire de Guéret.

Parallèlement à des études de musique classique aux CNR de Bordeaux puis Boulogne-Billancourt il étudie l'improvisation avec Jean Luc Capozzo, Bruno Rousset et se produit avec Miguel Fiannaca, le Big Band Turquoise (Festivals d'Aix en Provence, Munster, Monastier…).

Il entre en 2002 au CNR de Chambéry (classes de Laurent Blumenthal et Pierre Drevet) où il obtient ses diplômes de trompette et d’arrangements Jazz.

Il y rencontre également les musiciens de son futur groupe le « Julien Bertrand Quintet » (Florent Nisse, Sandrine Marchetti, Charles Clayette et Benoit Baud).

Il intègre l’année d’après le Collectif Polycarpe avec lequel il participe à la diffusion du jazz à Lyon et à la création du «Périscope ».

Il tourne dès lors avec sa formation le « Julien Bertrand Quintet (lauréate des tremplins Rezzo « Jazz a Vienne » 2007 et « Jazz RA » 2008) dans plusieurs festivals et clubs (Jazz à Vienne, Un Doua de Jazz, Jazz en Tête, Jazz dans le bocage, Rhino Jazz, Le Périscope, Jazz Au fil du Cher, Jazz sur les places, Raffuts de Loire, Saint-Fons jazz, Crescent jazz club, Hot Club de Lyon, ...) tout en collaborant à d’autres projets comme Ompa Bompa Septet (Charlie Jazz Festival, Cavajazz, Jazz au sommet, Gagajazz, Rhino Jazz Festival…), le Lyon Jazz Orchestra, Sangoma Everett quintet… .

Il co-dirige entre 2011 et 2015 un quartet avec le pianiste américain Joel Holmes (Roy Hargrove 5tet, Javon Jackson 4tet, Nnenna Freelon…) qui enregistre en 2012 un 1er album (Sweet and soulful) apres avoir silloné l’hexagone (Nice, Cannes, Istres, Lyon, Marseille, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand, Chambéry, Mâcon…).

Depuis 2016 la nouvelle formation de Julien Bertrand est le quartet NEW FLY , celui ci joue exclusivement des compositions du trompettiste.
L'album New Flight est enregistré en Septembre 2016.

site internet officiel

Crédits photo | Steven Horler

Facebook